Cantonales 2011 : la campagne douteuse du PS

Le canton de Savigny-le-Temple n'est pas renouvelable...

Les 20 et 27 mars 2011, les électeurs seront appelés à voter lors des élections cantonales, pour les cantons renouvelables de la série 1. Les conseillers généraux seront élus pour 3 ans, jusqu’aux élections territoriales de 2014.

Pour ce qui concerne le territoire de la future 11e circonscription de Seine-et-Marne, deux des trois cantons sont renouvelables :

  • Le canton de Combs-la-Ville, détenu par le PS Didier TURBA
  • Le canton du Mée-sur-Seine, dont l’élu est le socialiste Gilles BERNHEIM
  • Le canton de Savigny-le-Temple, dont le conseiller général est notre maire Jean-Louis MOUTON (PS), a été renouvelé en 2008.

Détenu par la gauche depuis 2004, qui dispose de 23 sièges contre 20 pour le groupe Union pour la Seine-et-Marne (droite et centre), le conseil général a des chances de basculer de nouveau. Sur les 22 cantons renouvelables, 11 sont détenus par le PS, 1 pars les Verts, 1 par le PRG, 8 par l’UMP et 1 DVD. La victoire de deux sièges supplémentaires permettrait en effet à la droite de redevenir majoritaire.

Dès lors, on comprend l’importance de l’enjeu de ces cantonales pour notre département. Alors que la participation devrait être assez faible, compte tenu notamment du fait que ces élections ne sont pas couplées à des municipales, la mobilisation de nos militants et des électeurs sera essentielle.

Alors que nos candidats lanceront pleinement leur campagne dans les semaines à venir, je tiens à dénoncer la manière scandaleuse avec laquelle la gauche aborde cette échéance électorale.

Les Seine-et-Marnais peuvent actuellement constater la présence sur les abribus de leur commune d’affiches publicitaires appelant à s’inscrire sur les listes électorales et voter en mars prochain, y compris dans les cantons non renouvelables, comme celui de Savigny-le-Temple ! Situation risible doublée de la transformation du traditionnel logo bleu du département en un 77 rose vif… Message subliminal ?

Les sièges actuels au conseil général et les cantons renouvelables (cliquez pour agrandir)

Le sénateur Jean-Jacques HYEST, président du groupe Union pour la Seine-et-Marne au conseil général, avait déjà dénoncé l’utilisation de l’argent public à des fins électorales par la majorité socialiste, ainsi que la multiplication des déplacements de son président Vincent ÉBLÉ, essentiellement dans des cantons renouvelables en mars 2011. Ces visites sont à chaque fois l’occasion de distribuer de coûteux dépliants vantant les réalisations du conseil général dans le canton concerné.

Cela n’a pas empêché M. ÉBLÉ de poursuivre ses déplacements. La dernière en date remonte au 25 novembre 2010, journée au cours de laquelle il a sillonné le canton (renouvelable) du Mée-sur-Seine. Il a à cette occasion déclaré “exprimer de temps en temps le besoin de plonger sur le terrain” !

Pourtant, le président du conseil général (dont le canton n’est pas renouvelable en mars), également premier adjoint au maire de Lognes (14 800 habitants), a d’autres idées en tête. Il a récemment admis postuler aux sénatoriales de septembre 2011. Désigné tête de la liste de gauche, il fera à coup sûr son entrée au Sénat.

Dès lors, conformément aux principes toujours affirmés par le PS mais jamais appliqués, pourquoi M. ÉBLÉ n’entend-il pas respecter le non cumul d’un mandat parlementaire avec celui d’un exécutif local (il a déjà déclaré qu’il resterait président du conseil général s’il est élu) ? Peut-être parce que son poste à la tête du département s’inscrit dans sa stratégie pour arriver à ses fins, en s’assurant la notoriété auprès des élus grands électeurs pour les sénatoriales…

Communication massive aux frais du contribuable seine-et-marnais, déplacement à des seules fins électorales, occupation de poste dans une perspective de carrière désormais assumée… Telle est la conception du parti socialiste et de Vincent ÉBLÉ des principes républicains devant régir une campagne électorale.

Face à ces comportements indignes, j’apporte mon entier soutien aux candidats investis par l’UMP lors de ces élections, et en particulier aux deux candidats des cantons voisins de celui de Savigny-le-Temple : Gilles ALAPETITE pour le canton de Combs-la-Ville et Franck VERNIN (sous l’étiquette NC, soutenu par l’UMP) pour celui du Mée-sur-Seine. Notre mobilisation à tous est essentielle pour permettre un basculement au soir du 27 mars prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.