« Je serai là pour prévenir les tensions » – 21/09/2010 – leParisien.fr

« Je serai là pour prévenir les tensions »SYLVIE PINSARD première policière référente installée au lycée de la Mare-Carrée

Racket, drogue, sécurité routière, agressions, inceste… Sylvie Pinsard, 37 ans, promet de n’avoir aucun tabou avec les élèves et le personnel du lycée la Mare-Carrée, à Moissy-Cramayel. A partir de cette semaine, la brigadière-chef du commissariat de Sénart devient la policière référente de l’établissement.

Une fonction créée à la rentrée par le gouvernement dans 53 collèges et lycées de France, dont 4 en Seine-et-Marne, et lancée hier matin sur place par Luc Chatel, ministre de l’Education nationale, et Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur.

Chaque vendredi, Sylvie Pinsard disposera d’un bureau au sein du lycée pour y tenir une permanence de quelques heures, uniforme sur le dos et arme de service à la ceinture. « Je serai là pour prévenir les tensions, avoir des moments d’échange avec les professeurs, les équipes éducatives, le personnel et les élèves. Je le faisais déjà depuis un an dans les 22 collèges et lycées de la circonscription, sans rendez-vous fixe », confie la jeune femme au sourire timide mais au regard franc.En uniforme et armée«

Elle ne se rendait dans les établissements que de temps en temps, confirme Luc Chatel. Désormais, sa présence sera matérialisée. » « Elle aura un vrai bureau d’accueil permanent où la confidentialité sera garantie. Ça permettra un contact différent avec les élèves et professeurs », apprécie Didier Soulès, le commissaire de Sénart. Quant à la durée des permanences, « on l’adaptera à la demande. C’est un test pour l’instant. »

La jeune policière assurera le même rôle au collège la Grange-du-Bois, à Savigny-le-Temple. Pourquoi ces deux établissements? « Ils ont été choisis d’après le nombre d’incidents et d’intrusions », répond Luc Amiot, proviseur de la Mare-Carrée. « Des chiffres croisés avec ceux de la police nationale plaintes, nombre d’interventions… et les données environnementales tensions régulières du quartier… », ajoute Didier Soulès. « Mais depuis les émeutes de fin 2005, la Mare-Carrée est redevenu un lycée paisible », précise Luc Amiot.

Collège la Grange-du-Bois à Savigny-le-Temple, lycées polyvalents la Mare-Carrée à Moissy-Cramayel, Léonard-de-Vinci à Melun et André-Malraux à Montereau.

par Marine Legrand | 21.09.2010, 07h00

via« Je serai là pour prévenir les tensions »

– 21/09/2010 – leParisien.fr.

  5 comments for “« Je serai là pour prévenir les tensions » – 21/09/2010 – leParisien.fr

  1. M.Saquet
    septembre 21, 2010 at 13 h 23 min

    Bonjour,

    Je me réjouis que la sécurité soit une préoccupation du pouvoir et des collectivités.

    Ce que je déplore … grandement … c’est d’en arriver à des lycées et des collèges avec grillages, éducateurs, médiateurs, portes fermées, (video)surveillés et maintenant une présence policière sur un terrain qui, dans mes souvenirs d’enfance, était exclusivement occupé par des enfants et leurs enseignants.

    Pourquoi certains enfants en arrivent à commettre des actes qui font ressembler des lieux d’éducation à des quartiers de haute-sécurité?

    Ravi de constater que des mesures rapides (mais qui devraient rester temporaires, à moins qu’on envisage de militariser tous les lycées d’ici 10 ans), sont prises, je me demande quelle analyse est faite des causes de ces comportements que nous devons éradiquer?

    Je trouverais pertinent et rassurant de s’attaquer aux causes et non seulement aux effets …

    Alors messieurs les politiques quelles sont les causes? Quelles solutions durables (en plus des actions immédiates) proposez-vous ?

  2. M.Saquet
    septembre 21, 2010 at 14 h 42 min

    P.S. : évidemment, Messieurs et Mesdames les politiques … excusez-moi pour cette maladresse !!

  3. Julie
    septembre 21, 2010 at 22 h 48 min

    La sécurité est l’affaire de tous et devrait être davantage une préoccupation majeure des élus locaux. Ce sont eux qui font le lien avec le terrain, le local. Permettez-moi juste de rappeler les cas survenus ces derniers mois à Savigny Le Temple : bracages à fusil à pompe, cambriolages, feu de poubelles, dégâts sur les véhicules, racket, et j’en passe. Je suis d’accord qu’il faut chercher les causes, mais aujourd’hui, il y a vraiment urgence à trouver rapidement des solutions et à faire de la prévention lorsque l’on sait qu’il n’y a pas une journée où les choses sont calmes à Savigny le Temple. Il y a un laissé aller, un laisser faire installé depuis de nombreuses années qui a même créé dans certains quartiers des zones de non droit. C’est scandaleux ! La sécurité n’est pas que du domaine de l’Etat, cela entre également dans les attributions d’un maire.
    Qu’attend-on pour réagir ? Combien de temps devra t-on faire l’autruche ? faut-il fermer les yeux ? Je trouve scandaleux et malsain de ne pas veiller à la sécurité de ses concitoyens. Les gens ont peur ! Aujourd’hui, je m’interroge sur la réelle volonté politique des élus locaux à prendre les mesures nécessaires pour lutter contre l’insécurité à Savigny le Temple.

  4. M.BERNARDIN
    septembre 22, 2010 at 13 h 08 min

    Le commentaire de M.Saquet est tout à fait pertinent. J’adhère complétement à ce commentaire. Rien à rajouter, si ce n’est que les causes, on en connait une partie … c’est une question d’éducation civique. L’éducation civique est à mon sens de la responsabilité des parts, et pour ma part, j’ai eu des cours d’éducation civique au collége. De toute évidence, ces “valeurs” n’existent plus beaucoup de nos jours.

  5. M.Saquet
    septembre 22, 2010 at 23 h 20 min

    Bonsoir,

    M.BERNARDIN, je me rappelle aussi avoir suivi des cours d’éducation civique.
    Je pense, malheureusement, qu’il s’agit aussi d’éducation tout court. A quoi d’autre que les dégâts actuels pouvons-nous nous attendre lorsque des enfants et adolescents grandissent en dehors de toute supervision parentale? Dans la rue du matin au soir?

    JULIE, je suis tout à fait d’accord avec vous aussi. Je ne souhaitais simplement pas contribuer à une possible satisfaction liée à la présence policière dans un lycée.
    Depuis des années nous sommes témoins d’un laisser-faire inadmissible et d’une impuissance à toute épreuve de la part des mairie, polices, etc.
    Comme vous le dites justement : les gens ont peur, certains s’arment et plus uniquement de patience.

    Mais bon, comment envisager la sécurité dans un lycée alors que pour nous rendre dans ce même établissement nous circulons sur des trottoirs occupés par des quads, moto-cross et autres … qui eux ne sont pas arrêtés. Pourquoi cette impunité? S’agit-il d’immunité diplomatique? Les polices protègent-elles ces malfrats? Une remarque un peu dure, certes, mais dans les faits les polices leur garantissent le droit de se déplacer sans casque, sans permis, sans homologation, sur les trottoirs …

    Je trouve dommage que les lois ne soient faites (subies) que pour (par) celles et ceux qui les respectent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.