Vers un Sevesoland à Sénart ?

L’expression vient de Michel Pellerin, président de Développement durable notre avenir (DDNA). Elle est désormais relayée par d’autres associations, par les élus et les riverains, qui craignent l’émergence d’un “Sevesoland” sur le territoire de Sénart.

Les raisons de cette inquiétude ? La demande faite par le groupe Norbert Dentressangle au préfet de Seine-et-Marne d’augmenter les capacités de stockage de son site de Savigny-le-Temple : de 190 à 300 tonnes de gaz inflammable et de 200 à 800 tonnes de liquide inflammable. Ces augmentations feraient passer le site en Seveso seuil haut, au lieu de seuil bas actuellement.

Qu’est-ce qu’un site Seveso ?

Le nom Seveso fait référence à une ville d’Italie touchée par un accident industriel provoquant un nuage toxique comprenant de la dioxine, en 1976. A la suite de cette catastrophe, une directive européenne fut adoptée en 1982, mettant en place une politique européenne en matière de prévention des risques industriels majeurs. Cette directive fut ainsi dénommée “directive Seveso”.

Les entreprises sont dès lors classées “Seveso” en fonction des types et quantités de produits dangereux qu’elles accueillent. Il existe deux seuils de classement : “Seveso seuil bas” ou “Seveso seuil haut”.

La directive a été modifiée en 1986 puis en 1999 et 2003. En droit français, elle a été transposée par un arrêté du 10 mai 2000, accompagné d’un circulaire, qui prévoit des mesures organisationnelles à mettre en oeuvre pour les exploitants concernés. Les préfets sont chargés de l’inspection des installations classées, l’information et la participation du public sont au centre de la politique de prévention des risques.

Pourquoi une telle crainte ?

Carte du site, cliquez pour agrandir

Cette demande de Norbert Dentressangle intervient quelques semaines après la pétition lancée par des associations et des riverains pour obtenir le déclassement du site Kuehne et Nagel, déjà classé seuil haut. L’entrepôt, qui stocke 2 000 à 3 000 tonnes de produits dangereux, est situé à quelques centaines de mètres du celui de Norbert Dentressangle, dans la zone industrielle du Bois des Saint-Pères, à la limite de Cesson.

L’acceptation de la demande de Norbert Dentressangle par le préfet conduirait à la concentration de deux sites Seveso seuil haut dans une zone restreinte, localisée à proximité de zones de fréquentation du public, comme le centre commercial Boissénart, de points de captage des eaux potables dans les nappes phréatiques, et de quartiers résidentiels alentours (Cités Unies et Bourg de Savigny, Cesson).

Quelle est la situation du site de Kuehne & Nagel ?

Depuis plusieurs mois, les riverains expriment leurs inquiétudes à propos du site de Kuehne & Nagel et demandent le déclassement de son entrepôt par la réduction de la quantité de produits dangereux stockés.

Le 9 avril 2009, la préfecture de Seine-et-Marne avait lancé une concertation publique devant aboutir à l’approbation d’un plan de prévention des risques technologiques (PPRT) déterminant les règles d’urbanisme autour du site. Censée s’achever le 9 octobre 2010, cette concertation a été prolongée jusqu’au 9 octobre 2011. De nouvelles réunions publiques doivent être organisées jusqu’à cette date.

Quelle est la situation du site de Norbert Dentressangle ?

C’est dans ce contexte d’inquiétude des riverains qu’intervient la demande d’augmentation de la capacité de son site voisin par Norbert Dentressangle.

La mobilisation des riverains se fait également sur ce dossier, avec la création d’un collectif de quatre associations qui a demandé aux 11 communes concernées de se prononcer sur la demande. Une enquête publique a été ouverte et une commissaire-enquêteur a été nommé. Afin de fournir des informations au public et obtenir toute forme d’observations écrites ou orales, il tient des permanences jusqu’au 27 octobre 2010.

Un registre d’enquête publique est accessible aux heures d’ouvertures à l’hôtel de ville de Savigny-le-Temple, jusqu’à la fin de l’enquête publique prévue le 30 octobre.

Le site Norbert Dentressangle de Savigny-le-Temple

Quelle est la position des élus ?

Les communes concernées ont jusqu’au 15 novembre pour s’exprimer dans le cadre de l’enquête publique.

Le 1er octobre, le conseil municipal de Savigny-le-Temple a voté un avis défavorable à l’unanimité de ses membres. Les conseils municipaux de Cesson et Vert-Saint-Denis ont fait de même.

Les élus des villes concernées dénoncent le fait qu’ils subissent le développement des sites Seveso sur le territoire de Sénart, et que son aménagement n’est pas suffisamment concerté.

Par ailleurs, le comité syndical du SAN de Sénart a voté une motion de rejet à l’unanimité des représentants des communes le 14 octobre.

Quelle est la position du groupe “Un Avenir à Savigny” ?

Le groupe UAAS a voté l’avis défavorable sur la demande lors du conseil municipal du 1er octobre.

Nous nous opposons à l’augmentation de la quantité de stockage du site de Norbert Dentressangle, et donc du risque sur un site situé à proximité d’une école et de zones accueillant du public, et à quelques mètres de dizaines d’habitations.

Nous dénonçons l’absence de politique cohérente du développement économique sur le territoire de Sénart, qui conduit à la concentration de deux sites Seveso sur un périmètre très restreint aujourd’hui. Ce type de décision semble se faire à tâton, au coup par coup, sans réelle perspective de long terme.

Il est néfaste d’avoir favorisé le développement d’un seul type d’activité sur ce territoire, celui de la logistique, sans qu’il n’y ait de véritable cohérence avec l’offre de formation du secteur.

Il convient de refuser tout chantage à l’emploi justifiant une éventuelle fermeture de site en cas de refus de la demande d’augmentation de la capacité de stockage. Rappelons-nous qu’en 2005, le site Beiersdorf-Nivéa de Savigny-le-Temple avait fait une demande d’agrandissement pour construire un nouveau centre de logistique, menaçant de quitter les lieux, avant d’annoncer trois ans plus tard la décision de fermeture du site en raison d’une surcapacité industrielle et logistique !

Dans les cas précis mentionnés, le prétexte du maintien des emplois ne doit pas justifier l’augmentation des risques pour la population vivant à proximité, et qui a trop souvent été informée du classement Seveso après l’achat de leur habitation.

Néanmoins, l’emploi de proximité doit aussi rester une priorité de l’ensemble des acteurs locaux, mais cela doit se faire dans le cadre d’un véritable schéma d’aménagement du territoire organisant la diversité des activités. N’oublions pas que le site Norbert Dentressangle de Savigny est le dernier de Sénart à ne pas avoir été délocalisé dans l’Essonne… L’emploi doit aussi être une priorité pour notre territoire.

Les sites à risques doivent ainsi être mieux répartis sur le territoire, ou bien isolés des zones résidentielles.

Seule une action concertée de l’ensemble des élus de Sénart et une réelle volonté politique pourront permettre de concilier la sécurité des habitants et la compétitivité économique de notre ville nouvelle.

  2 comments for “Vers un Sevesoland à Sénart ?

  1. LACOUR
    novembre 1, 2010 at 10 h 32 min

    Indépendamment des avis formulés par les différents élus, il faut s’entourer de garanties. Aussi, il me semble utile que votre groupe demande à la préfecture si les moyens à disposition des organismes de secours (pompiers, équipes sanitaires, … sont adaptée à la situation actuelle et au évolutions futures.

    Cette prise de position sera importante en cas de procès. Par ailleurs, il est également bon de demander qu’un exercice en grandeur réelle soit organisée avec avis à la population de ces deux demandes.

  2. mars 14, 2011 at 22 h 13 min

    l’actualité du moment à savoir ce qui se passe au japon me fait réagir sur des risques que l’on peut faire prendre à la population et tout ca pour de l’argent. Au japon, la population est préparée à toute espèce de catastrophe, ce qui n’est pas le cas de la population française.
    Des réunions ont eu lieu et il s’avère qu’il y a des risques. Aucun moyen n’a été mis en place si jamais du jour au lendemain, il pourrait avoir un incendie et que la population à côté puisse se protéger.
    encore une fois, personne n’est à l’abri d’un problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.